top of page
Boulevards fleuris

Nutriments pour les autochtones

de Jeanne McRight, maître jardinier | Horticulteur certifié

 

Emplacement, emplacement, emplacement...

 

Les espèces végétales indigènes sont adaptées à leur habitat et à leur écologie locale. Les jardins indigènes réussis sont composés de plantes locales cultivées dans le sol local (en évitant la terre végétale importée) et sont soutenus par une communauté saine d'insectes indigènes locaux et d'organismes du sol. Les boulevards urbains sont des sites propices aux plantes indigènes des prairies à herbes hautes, dont beaucoup sont tolérantes au sel et adaptées aux sols argileux et à la sécheresse.  

 

Entretien et réparation du sol

Les amendements organiques du sol sont la clé du succès de la plantation de boulevard. Le vieil adage "Si vous prenez soin du sol, le sol prendra soin des plantes" est très vrai dans cet environnement de croissance difficile.  

​​

  • La matière organique remplit deux fonctions principales dans le sol : elle améliore la structure du sol pour une meilleure aération du sol et un meilleur mouvement de l'humidité, et elle nourrit les micro-organismes bénéfiques. 

  • Ajoutez de la matière organique en habillant votre jardin avec de grandes quantités de compost, de moisissure foliaire et/ou de fumier bien vieilli.

 

Niveaux de nutriments - moins c'est plus

  • Pour les emplacements de boulevard, choisissez des espèces de prairie à herbes hautes adaptées aux conditions de faible teneur en éléments nutritifs, y compris les légumineuses dont la capacité de fixation de l'azote profite à leurs compagnons. Des engrais supplémentaires réduisent la capacité des indigènes à supplanter les espèces de mauvaises herbes et peuvent provoquer le dépérissement des racines et le brûlage des pousses.  

 

  • Le pH affecte les niveaux de nutriments : le fer et le manganèse sont moins disponibles dans les sols alcalins ; phosphoreux  et les niveaux de potassium sont faibles dans les sols sablonneux acides. N'essayez pas de  modifier le pH ; utilisez plutôt des espèces indigènes adaptées à ces conditions. Ils surpasseront les envahisseurs exotiques.

 

Restauration des sols - gestion du compactage et du sel

  • Les sols des boulevards sont généralement compactés, entraînant de faibles niveaux d'infiltration et de porosité qui permettent la perte de la couche arable et la pollution de l'eau. La plantation d'espèces indigènes des prairies à racines profondes et les applications annuelles de compost ameubliront le sol compacté, amélioreront sa perméabilité et augmenteront l'accès des racines aux nutriments, ce qui profitera à la fois aux plantes et à l'environnement.

  • Les dommages aux jardins du boulevard sont causés en hiver par le sel déposé et en suspension dans l'air provenant de l'équipement de dégivrage des routes et des embruns. La fonte des bancs de neige laisse de fortes concentrations de sodium et de chlorure dans le sol. Les racines sont tellement endommagées qu'elles n'absorbent pas l'eau. Les plantes poussant dans des sols argileux mal structurés ou compactés sont plus sensibles car le sel reste dans la zone racinaire. La tolérance est augmentée lorsque le drainage s'améliore en ajoutant suffisamment de matière organique. Ensuite, rincer à l'eau aidera à éliminer l'excès de sel de la zone racinaire.

 

Nourrir les champignons

  

Les champignons mycorhizes forment une relation symbiotique avec les racines des plantes et permettent aux plantes de survivre aux contraintes des températures extrêmes, de la sécheresse et de l'infertilité du sol. Les champignons mycorhiziens et les bactéries bénéfiques réduisent considérablement la mortalité des plantes due aux dommages causés par la construction et au compactage du sol. Lorsque les nutriments du sol sont épuisés, les mycorhizes peuvent augmenter considérablement la surface du système racinaire, où leurs hyphes reçoivent les exsudats de sucre des racines et libèrent les nutriments et l'eau vers la plante.

 

  • Les microbiotes sont adaptés localement, il est donc préférable d'encourager la croissance de la population de votre propre jardin, plutôt que d'inoculer votre sol avec des espèces non locales qui peuvent ne pas prospérer.

  • Les engrais inorganiques, en particulier ceux contenant du superphosphate, endommagent les populations de microbes du sol et favorisent la croissance des mauvaises herbes et des espèces non indigènes.

 

Dernières pensées

Pour ceux qui s'inquiètent de la perte de biodiversité, la création de jardins de boulevard à l'aide d'espèces de plantes indigènes est une entreprise valable et gratifiante. Le produit final, un sol sain et une communauté indigène restaurée de plantes et d'animaux sauvages, vaut bien l'effort.

 

En savoir plus…

Pour des informations utiles sur la conception de votre jardin et le choix des espèces vivaces indigènes adaptées au site, veuillez consulter Your Blooming Boulevard, Part 1: Getting Started

Besoin de conseils sur la préparation du site et l'établissement d'un nouveau jardin ? Accédez à votre boulevard fleuri, partie 2 : à partir de zéro

 

Les références

Carolinian Canada Habitat Gardens for Climate-smart Communities (2018). Coalition canadienne carolinienne. Extrait de https://caroliniancanada.ca/

Dorner, Jeannette (2002). Une introduction à l'utilisation des plantes indigènes dans les projets de restauration. Plant Conservation Alliance, Bureau of Land Management, US Department of Interior US Environmental Protection Agency. Extrait de https://www.fs.fed.us/wildflowers/Native_Plant_Materials/documents/intronatplant.pdf .

 

Ministère de l'Environnement de l'Ontario (2012). Gestion des sols – Guide des meilleures pratiques de gestion - Ébauche pour consultation. Toronto, Ontario. Extrait de http://lakeridgecitizens.ca/lccw/wp-content/uploads/2013/06/MOE-BMP-on-EBR.pdf

 

Reinsch, CT, Admiraal, DM, Dvorak, BI, Cecrele, CA, Franti, TG, Stansbury, JS (2007). Compost de déchets de jardin comme traitement de protection des eaux pluviales pour les chantiers de construction. Recherche sur le milieu aquatique. Vol. 79. N°8. pp. 868-876. Extrait de https://doi.org/10.2175/106143007X220545

 

Van Seters, Tim et Young, doyen (2012). Préserver et restaurer des sols sains : meilleures pratiques pour la construction urbaine. Programme d'évaluation des technologies durables,Toronto and Region Conservation Authority. Extrait de https://sustainabletechnologies.ca/home/urban-runoff-green-infrastructure/healthy-soils/preserving-and-restoring-healthy-soil-best-practices-for-urban-construction/

bottom of page